La Dame Touy

La Dame Touy, expression du génie pharaonique

18 de novembro, 2017 0 Por Artes & contextos
Modo Noturno

Le temps des pharaons…Une époque éloignée qui fit, et qui fait encore fantasmer l’inconscient. Une civilisation, naissant vers -3000, au hiératisme devenant garant d’éternité, une sorte de formule universelle des formes qui semble impérissable et immuable, cachant ce que nous sentons confusément : le rapport à l’au-delà. 
Le voyage au cœur de l’art et de l’esprit pharaonique est un émerveillement de chaque instant. Il se renouvelle en permanence.

La Dame Touy, expression du génie pharaonique Artes & contextos 38ff34a70ba8c13aa8114b1898e357c9

Cet article sera dévolu à l’étude d’une exceptionnelle statuette acquise vers 1890 par le musée du Louvre : la « Dame Touy », datant de la dix-huitième dynastie (le nouvel Empire), plus précisément du règne d’Aménophis III ( 1384-1347 avant JC). Elle mesure 33,4 cm de hauteur, 8cm de largeur et 17 cm de profondeur. Sa base et le pilier dorsal sont en bois de karité, la sculpture elle-même en bois de grenadille d’Afrique. Le karité était importé de Nubie(Soudan actuel) ; tandis que la grenadille, très dure, étanche, pratiquement insensible à l’humidité, ne flottant pas car de densité 1,3 ; venait de plus au sud (Éthiopie, Kénya ou Zaïre d’aujourd’hui). Le lecteur doit savoir que de nombreux essais de copies en bois ont été tentés mais que le résultat, quel que soit le talent du sculpteur, a toujours été le même : un échec total, suivi de l’abandon par le copiste. Nous ignorons donc par quel coup de génie l’artiste créateur de ce chef d’œuvre a réussi ce tour de force.

JPEG - 53.2 ko

La dame Touy. Musée du Louvre

Le socle porte des inscriptions composées de deux lignes verticales et quatre lignes horizontales. Leur transcription donne ceci :
-Veuille le roi accorder une offrande à Osiris qui préside à

 

  • l’Occident, le grand dieu souverain du territoire inaccessible,
  • pour qu’il accorde que (je) respire la douce brise du nord,
  • que (mon) âme entre dans le cimetière, que je me mêle aux bienheureux
  • qui se trouvent à ton côté (à côté d’Osiris), que je boive l’eau à l’endroit
  • qui (me) plaît, pour la personne de la supérieure des recluses de Min, Touy.

La dédicace et la présence d’offrandes alimentaires gravées sur le socle indiquent que cette sculpture faisait partie du mobilier funéraire de la tombe de la Dame Touy. 
La Dame Touy était donc la supérieure des recluses et chanteuses du dieu Min. C’était une personnalité qui comptait dans sa ville : Akhmîm, chef lieu du « nome »(équivalent de notre mot province) du dieu Min, en Haute-Égypte. Si l’on en juge par son apparence, c’était une femme adorable et admirable de son temps !

La Dame Touy, expression du génie pharaonique Artes & contextos min copie 7fcd7Min était le dieu de la fertilité et de la reproduction, on imagine bien son importance dans ce monde agricole fermé qu’était la vallée du Nil : pour que chacun mange à sa faim, le cycle des saisons et des inondations devait rester le plus régulier possible. Sinon, c’était la famine, les épidémies, voire la mort pour le paysan ; et la disette pour les castes nobiliaires et religieuses.

La tradition voulait que Min soit considéré également comme le protecteur des pistes des déserts arabiques et des routes caravanières, de ou vers la Mer Rouge. Il fertilisait la terre en vue des moissons. Il est représenté comme une momie masculine dont le sexe est en érection. Sa tête est couronnée de deux plumes et il tient un genre de fouet de sa main droite. Il était adoré à Louksor, Qiftet Akhmîm, où vivait la Dame Touy. Quelquefois, Min séjournait à Thèbes auprès d’Amon.

Au Nouvel Empire, il était spécifiquement fêté lors du couronnement d’un nouveau Pharaon ou de ses jubilés.Il transmettait alors au roi sa force et sa fertilité. Lors des moissons, Pharaon coupait la première gerbe de la récolte qu’il offrait en remerciement au dieu Min. Cette étape de l’année voyait se dérouler des fêtes somptueuses en son honneur.

Observons maintenant la dame Touy elle-même : elle est debout, dans la pose hiératique traditionnelle de l’Égypte antique : la jambe gauche vers l’avant, esquisse de mouvement SIGNIFIANT la marche. Son bras droit est collé à son corps. Dans sa main droite on note la présence d’une perforation : elle tenait probablement un sceptre floral. Dans sa main gauche et entre ses seins, on voit l’objet qui indique sa fonction de chanteuse de Min : un collier de quatre rangs de perles, symbole de fécondité, pouvant être utilisé comme une crécelle, instrument de musique alors très courant. Sa longue robe moulante est un vêtement qui lui descend jusqu’aux pieds. Les formes magnifiques de son corps apparaissent comme transparentes sous les innombrables plis de cette robe qui lui colle à la peau. Sur ses épaules, un châle d’apparat à la mode du temps. Sa tête porte une extraordinaire perruque tressée, au fort volume, qui recouvre ses épaules. Elle ne gêne pas la marche de la Dame Touy, ni la perception de sa silhouette, car elle est particulièrement soignée avec ses mèches détachées et torsadées une à une. Le visage est large, arrondi, ses yeux en amande paraissent toucher les tempes. Ses lèvres pulpeuses, son menton point trop marqué, ses petits seins ronds et fermes, impliquent une certaine individualisation, inattendue en art pharaonique. Sa taille paraît haute, accentuant l’allongement visible du corps. Ses hanches étroites encadrent un ventre bien présent. Le galbe parfait des cuisses rend acceptable la finesse excessive des jambes. Le ressenti du spectateur est un instant de plénitude, une note de ravissement au regard de ce chef d’œuvre de la sculpture pharaonique.

Nous ne saurons jamais qui en fut le créateur mais, à sa manière et en son temps, il nous a laissé un archétype de ce qu’était le merveilleux classicisme excessif de son époque, déjà porteur d’un maniérisme affecté caractéristique d’une période d’insatisfaction. Des âges nouveaux pointaient à l’horizon : Aménophis IV le futur Akhénaton, allait bientôt provoquer le grand schisme dont l’écho nous est parvenu.

 

O artigo: La Dame Touy, expression du génie pharaonique, foi publicado @Wuakali
L’article: La Dame Touy, expression du génie pharaonique, a été publié @Wuakali
The post: La Dame Touy, expression du génie pharaonique, appeared first @Wuakali


Artes & contextos
Últimos artigos de Artes & contextos (exibir todos)
Open Call Artes & contextos